Superfaces

Une exposition d'Adrien Jutard proposée par Yves Guignard
Du 3 mars au 2 juin 2016

Le Cabanon présente Superfaces, une exposition d'Adrien Jutard proposée par Yves Guignard, au coeur de laquelle se trouveront les interrogations sur la surface picturale et sur la couleur.

 

« SUPERFACES » : Une surface plate recouverte de couleur et accrochée contre un mur peut être, selon une tradition qui remonte à la Renaissance, une fenêtre qui le perce. Ainsi le tableau devient un espace d’illusion, une ouverture. Pourtant, la surface peinte peut aussi être intégrée à l’architecture, ce qui offre une tout autre résonnance à l’espace. Enfin, on peut se saisir de la surface peinte, la plier, la tordre, la déformer et la disposer dans la troisième dimension où elle devient sculpture.

Autant d’aspects autour desquels se déclinera « Superfaces », à découvrir dès le mois de mars dans l’espace du Cabanon.

Communiqué de presse téléchargeable ici.

| Finissage de Superfaces et inauguration du Pavillion | Jeudi 2 juin, à partir de 18h |

Le jeudi 2 juin aura lieu le finissage de l’exposition Superfaces ainsi que le vernissage de la publication monographique sur l’artiste Adrien Jutard, dans l’espace du Cabanon. Conjointement à cela, dès 19h, en face de la grange de Dorigny et avec un taboulé géant, nous fêterons l’achèvement du gros-oeuvre du Pavillon. Le espace d’exposition, éphémère, réalisé en collaboration avec le laboratoire EAST de l’EPFL.  
table rondea4 - copieTable ronde, Le commissaire d’exposition : un artiste comme les autres ?
| Jeudi 12 mai 2016, 17h, Anthropole, Salle 2120 |

Le dialogue entre champs colorés et technique de réalisation confère aux tableaux, aux surfaces peintes ou encore aux sculptures densité et profondeur. En écho à la collaboration entre l’artiste et le commissaire d’exposition, la table ronde questionnera le positionnement du commissaire : est-il un artiste comme les autres ?

Les intervenants discuteront du rôle du commissaire d’exposition et de sa pratique, et cela sous plusieurs points de vue. On s’intéressera notamment au rapport entre les artistes et le commissaire d’exposition, ainsi qu’à la place de ce dernier dans la scène artistique contemporaine.

À cette table ronde, modérée par Ariadna Lorenzo Sunyer (doctorante à l’Université de Barcelone après un master à l’Unil), prendront la parole différentes personnalités actives dans la scène artistique régionale, mais aussi nationale ou internationale.

Christian Jelk

Artiste et architecte de formation, Christian Jelk est l’actuel vice-président de Visarte Vaud. Commissaire s’intéressant particulièrement à la question de la scénographie, Christian Jerk présente actuellement son exposition individuelle à la Galerie d’(A).
Nicolas Raufaste
Artiste franco-suisse diplômé de la Haute Ecole d’Art et de Design (HEAD), Nicolas Raufaste est aussi commissaire d’exposition. Il a exposé dernièrement en solo à Espace Libre (Bienne) et fait partie d’associations diverses comme Kunstart, biais par lequel il développe sa pratique curatoriale.

Eric Winarto

Artiste-peintre, plasticien, commissaire d’exposition, Eric Winardo est d’origine malaisienne et travaille à Genève. Dernièrement, il a cherché à modifier l’espace habituel d’exposition avec l’élaboration de wall paintings dans son exposition “Blacklight Selva“. De plus, il prend part à diverses activités curatoriales.

Séverine Fromaigeat

Historienne de l’art, critique d’art, commissaire d’exposition, Séverine Fromaigeat est spécialiste de l’art suisse des deux derniers siècles et des pratiques artistiques contemporaines. Elle contribue à plusieurs revues comme Art Collector ou Code 2.0 et expose en ce moment à l’espace Hit, à Genève.

Google images is a new religion Une exposition de Yannick Lambelet proposée par Simon Wursten, du 7 mars au 24 août 2013

Yannick Lambelet est un jeune artiste suisse qui vit et travaille à La Chaux-de-Fonds. Diplômé du Master “European Art Ensemble” en arts visuels de l’écal en 2011, il a depuis effectué diverses résidences, en Finlande (Pro Artibus), au Danemark (Viborg International Billboard Painting Festival) ainsi qu’à Paris (Cité des Arts) et exposé dans plusieurs pays d’Europe.

Son travail majoritairement pictural peut se concevoir comme le résultat de questionnements sur le statut de la peinture figurative contemporaine à une époque où l’image se diffuse essentiellement sous forme numérique, processus réduisant fréquemment la peinture elle-même à l’état d’image numérisée.

Par la mise en relation d’éléments provenant de diverses images trouvées sur internet, Yannick Lambelet joue, dans une posture démiurgique, à décontextualiser et recontextualiser l’image pour mettre en valeur l’idée que celle-ci ne constitue qu’une simple potentialité revêtant une infinité de possibilités interprétatives. Refusant toute hiérarchie entre les images, le jeune artiste semble affirmer par la mise en scène de ces éléments figuratifs et par leur confrontation à des larges aplats de couleurs, fonctionnant comme des réminiscences de l’abstraction, la versatilité absolue de l’image dans son état actuel.

Agenda Jeudi 7 mars 2013, 18:00 Vernissage de l'exposition avec une performance de Jaz Ayling sur la base d’un texte de Yannick Lambelet. Jeudi 21 mars 2013, 17:00 Yannick Lambelet et Jacques Bonnard Lien externe : une proposition «rhétorique, sans pédanterie». Jeudi 25 avril 2013, 17:00 Simon Wursten, commissaire, raconte l’exposition. Jeudi 23 mai 2013, 17:00 Jeanne-Salomé Rochat, directrice artistique des magazines Sang Bleu Lien externe (tumblr Lien externe) et Novembre Lien externe (tumblr Lien externe), propose une lecture de l’exposition. Avec la participation de Rein Vollenga Lien externe. Du 22 au 24 août 2013 L’exposition s’inscrit dans le cadre du colloque ASHHA/VKKS 2013; divers événements au programme.

Big

Une exposition d'Hugo Bonamin proposée par Sarah Muehlebach et Elena Sutter, du 12 mars au 1er juin 2012

Entièrement consacré à l’artiste franco-suisse Hugo Bonamin, cette exposition touche à l’homme et à son existence. Elle propose une réflexion sur l’humanité face à la démesure et à l’excès. Lorsque l’homme se veut grand (big), comment affronte-t-il les limites imposées par les médias et les espaces structurels qui l’entourent ? Au sein de l’Anthropole, soit d’un bâtiment consacré aux études de Lettres et aux « humanités », ces questions prennent un sens tout particulier.

big est une exposition conçue spécifiquement pour Le Cabanon, tant au niveau de sa forme que de son concept. Elle intègrera les différents médias de l’installation, de la photographie, de la peinture et de l’image en mouvement. Des toiles peintes de très grand format présenteront des portraits de Gandhi, considérés par l’artiste comme des autoportraits. 391 petits portraits réalisés d’après des photographies d’étudiants de l’UNIL composeront une grande fresque représentant un visage à reconnaître – que le visiteur pourra percevoir à travers une lunette astronomique. Parmi d’autres installations interactives, un géant de douze mètres de haut s’imposera au cœur du bâtiment, comme dans un puits de lumière. Elles-mêmes sujettes à la démesure, ces œuvres poseront différentes questions, dont celles du dépassement de soi et de la quête perpétuelle du bonheur.