14907781_10154181258933668_1364513544_o

L’exposition collective du semestre d’automne 2016 présente les travaux d’Andrei Dragoi (photographe), Christine Matthey-Isperian (artiste plasticienne), Pier Giorgio De Pinto (artiste plasticien), Tristan Savoy (artiste plasticien), Adina Secrétan (metteure en scène, performeuse) et Mazyar Zarandar (artiste plasticien, graphiste).

Le projet Rifugi a pour volonté de questionner la notion de refuge, afin de comprendre les différentes perceptions qui en découlent. Désignant un abri, le refuge devient le symbole d’un lieu, d’un espace matériel ou immatériel, qui répond à un besoin de protection. Mais à quoi cette forme de protection physique et/ ou morale se réfère-t-elle ? Deux réflexions vont ainsi, avec Rifugi, se rencontrer et s’entremêler : la première est politique et sociale, alors que la deuxième explore l’objet du refuge en tant que tel.

Dans l’espace du Cabanon, Andrei Dragoi, Christine Matthey-Isperian, Pier Giorgio De Pinto et Tristan Savoy déploient chacun un dispositif qui leur est propre et tentent, à leur manière, de répondre à ces problématiques actuelles. Quant aux travaux d’Adina Secrétan et de Mazyar Zarandar, ils prennent place dans le Pavillon – un nouvel espace éphémère conçu en collaboration avec le laboratoire EAST-EPFL – qui se trouve en face de la Grange de Dorigny.

Le pavillon fait écho au concept de Rifugi, en ouvrant un nouvel espace de discussion et d’échange – en dehors des murs de l’université – et en questionnant le rôle de l’art contemporain.

Dossier de presse disponible en cliquant ici.

| VISITE GUIDEE de l’exposition le jeudi 27 octobre à 17H00 dans l’espace du Cabanon. |

| FINISSAGE le jeudi 15 décembre à 18H00 au Pavillon. |

A l’occasion du finissage de l’exposition Rifugi, le Cabanon et l’Espace Saint-Martin invitent MusicForEggplant. Le 15 décembre dès 18H, (Music For) Egg Plant vous concocte un double concert entrecoupé d’une procession en métro : « Le Radeau médusé » !

Première partie : une ré-interprétation des textes de réfugiés anonymes de Banales Rhapsodies – une édition produite par Sharivari dans le cadre de l’exposition Rifugi – sous la forme d’une performance musicale et théâtrale de 30 minutes aux accents de tragédie grecque, prendra place dans le Pavillon (en face de la Grange de Dorigny)

Deuxième partie : un banquet gargantuesque et un open-jam participatif de Egg Plant, ponctué de différentes interventions et participations du public, aura lieu à l’Espace Saint-Martin.
_________________________________________________
(MusicFor)Eggplant est un collectif de performances sonores et musicales, dont la fonction radicale est de produire et d’enregistrer sans cesse de nouvelles improvisations, cela au sein de dispositifs qui changent à chaque fois, comme un crash test répété selon de multiples variations. Le collectif est né en 2013, à l’initiative de Tristan Savoy et Stephen Ricca, tous deux issus des arts visuels. La formation actuelle compte 8 membres : Jaz Ayling & Tea Tanya, Emile Barret & Paul Barret, Regina Demina et Raphaël Faure qui se répartissent entre Lausanne et Paris.
Il s’agit d’étirer la dimension temporelle ; de produire un montage générique continuel ; de commettre des crimes contre les codes et ré-écritures pirates. Sources et interprétations y subissent une dissolution continue.
« Balançant entre calques et rhizomes, protocoles et mots d’ordre, entre déconstruction et mouvement global ; entre l’absurde et la Pop, nous plongeons volontiers dans un vortex. »

 

Avec une intervention de l’association Sharivari

Alors que certain.e.s artistes de l’exposition Rifugi se sont d’abord attachés à l’objet refuge au sens architectural, pour d’autres, la réflexion part d’un questionnement social et politique. Ces deux lignes de réflexion s’entremêlent, se rejoignent et se côtoient, tant au sein même du travail de chaque artiste que dans l’exposition grâce à son format collectif. Ainsi, de ces œuvres photographiques, installatives ou performatives et de leur réunion, le rôle de l’art – dans la mise en exergue d’une situation problématique – est également questionné. En écho à l’exposition, cette table ronde sera l’occasion d’interroger la notion de “refuge“ sous ses aspects les plus divers. Dans l’idée de prolonger la réflexion instiguée par les six artistes, les intervenants – Justine Boillat, Annabel Glauser, Christine Matthey-Isperian, Gaële Goastellec et l’association Sharivari – vont également aborder ce thème d’un point de vue socio-politique et culturel. Issus de champs et de parcours différents, mais tous activement engagés, les intervenants permettront de donner une véritable portée critique à l’exposition.

Quelles sont les limites d’une exposition qui explore une thématique politiquement engagée et quelles sont les possibilités qu’ouvre ce type d’exposition au sein du milieu universitaire ? Comment susciter une nouvelle forme de réflexion auprès du public, avec une thématique actuelle et politisée mais totalement saturée médiatiquement ? C’est autour de ces questions que le Cabanon vous propose de discuter, de réfléchir et de débattre à l’occasion d’une table ronde modérée par Florence Grivel.

Une intervention proposée par Raphaël Faure et Valmir Rexhepi, avec la participation de Simon Romang.

Graphisme : Carte Blanche à Chloé Pannatier, jeune diplômée de l’ECAL

 


THE CABANON PROJECT

Une collaboration entre le CABANON-UNIL et le Laboratoire EAST-EPFL

Le Cabanon-UNIL s’associe au Laboratoire EAST-EPFL pour un projet de pavillon temporaire, inédit dédié à l’art. Le laboratoire EAST-EPFL est un laboratoire appartenant à la section d’architecture de l’EPFL, qui étudie particulièrement les notions de l’habitat et du logement. Le laboratoire cherche à comprendre comment se dessine une pièce à habiter et explore ainsi les potentialités de l’espace architectural. Chaque année, les étudiants de 3ème année en architecture sont invités à faire parti de ce travail. Le Cabanon et le Laboratoire EAST se sont rencontrés pour réfléchir à un pavillon temporaire, capable d’abriter des œuvres d’art.

Pour plus d’informations sur le projet, c’est par ici.