DANS L'ESPACE DU CABANON

Cher Bob

04.10 – 20.12.2018

L’Antenne x Le Cabanon
Rosanne Kapela
Une proposition de Camille Avellan

A l’occasion des 30 ans de l’Antenne romande de SIK-ISEA, Le Cabanon invite la jeune plasticienne Rosanne Kapela à activer les archives personnelles d’Arthur Jobin (1927-2000) réunies par l’artiste vaudois lui-même. Pionnier de l’abstraction géométrique en Suisse romande, Arthur Jobin – ou « Bob » pour les intimes – s’est illustré par une œuvre protéiforme où le cercle et la courbe jouent un rôle essentiel, se déclinant rituellement comme dans une danse sacrée. A partir de documents conservés à l’Antenne romande, Rosanne Kapela s’inspire du langage chromatique et des techniques d’Arthur Jobin pour proposer une série d’interventions produites spécifiquement pour Le Cabanon, tout en expérimentant des manières de réactiver plastiquement une archive. Cette intervention donnera également lieu à l’édition d’une publication de l’artiste autour d’une sélection des archives photographiques du fonds Arthur Jobin.


Prochain évènement à venir dans le cadre de « Cher Bob » :

4 octobre 2018
Vernissage "CHER BOB", L'Antenne x Le Cabanon, Espace du Cabanon, 18:00

25 octobre 2018
Visite guidée, Le Cabanon, 17 :00
La visite sera guidée par la commissaire d’exposition Camille Avellan en présence des artistes

15 novembre 2018
Table ronde « Réactivation de l’archive à travers les performance et autres productions artistiques », Le Cabanon, 17 :30
Pour plus d’informations concernant la table ronde, merci de consulter le site du Cabanon

20 décembre 2018
Finissage de Cher Bob, Le Cabanon, 18 :00


////////////////////////////////////////////////////////////////



DANS l'ESPACE LE PAVILLON

Billy meets Silly Eric Hattan au Pavillon

12.11 – 25.11.2018

Le Cabanon en collaboration avec le laboratoire EAST de l’EPFL vous présente une exposition d’Eric Hattan.

« D'une certaine manière. Parfois, en regardant des situations de rue, je m'interroge: que faut-il encore ajouter, tout est déjà là. Il faut juste porter attention à ce qui existe. Alors je deviens presque jaloux. Les gens font des choses sans se rendre compte, et parfois beaucoup mieux que si l'on commence à réfléchir, à calculer. Ils agissent avec légèreté. Et c'est cette légèreté qui me touche et que j'ai envie d'avoir dans mes travaux. Avec tous les matériaux que j'utilise, j'ai peur de la perdre. »

Excerpt from "Eric Hattan en entretien avec Raphaële Jeune", in Eric Hattan, édition de l’artiste en collaboration avec plattform Berlin, 1996.

Agenda :
Vernissage 12.11.2018
Traverse Pavilion, 19 :30


////////////////////////////////////////////////////////////////



DANS l'ESPACE LE PAVILLON

Guilles Brusset au Pavillon

29.11 - 20.12.2018

Le Cabanon en collaboration avec le Laboratoire EAST vous présente une exposition de Guilles Brusser. Vernissage le 29 novembre à 18 :00.

Les relations entre les choses sont un matériau - Mes œuvres questionnent les espaces sous le ciel à la lumière des relations et rapports qu’ils entretiennent avec les alentours ; L’observateur entre en relation avec l’espace, les bâtiments avec le paysage, les paysages avec le territoire. Les œuvres agissent par soulignements, amplifications et contrastes. On les contemple comme des paysages, on s’y promène. Le paysage est envisagé comme une vaste sculpture jardinée, au sein de laquelle on peut marcher, s’asseoir, danser, se réunir ou s’isoler. L’œuvre ne serait pas un objet autonome mais plutôt un instrument de mise en relation avec les choses du monde, un médiateur. Elle se conformerait aux principes suivants :
- Rechercher des accointances entre l’intervention artistique et le site d’implantation.
- Offrir plusieurs lectures selon le point de vue et les variations atmosphériques, les saisons.
- Assurer la lisibilité et la compréhension de l’œuvre par le plus grand nombre.

L’œuvre interrogera directement les rapports du visiteur au site et à son architecture en tissant un faisceau de relation au ciel, à la terre, aux typologies paysagères et à l’horizon.



Pour le semestre d’automne, une carte blanche a été confiée à Mathilde Avogadro, étudiante à l’ECAL.