DANS L'ESPACE DU CABANON

Cher Bob

04.10 – 20.12.2018

L’Antenne x Le Cabanon
Rosanne Kapela
Une proposition de Camille Avellan

A l’occasion des 30 ans de l’Antenne romande de SIK-ISEA, Le Cabanon invite la jeune plasticienne Rosanne Kapela à activer les archives personnelles d’Arthur Jobin (1927-2000) réunies par l’artiste vaudois lui-même. Pionnier de l’abstraction géométrique en Suisse romande, Arthur Jobin – ou « Bob » pour les intimes – s’est illustré par une œuvre protéiforme où le cercle et la courbe jouent un rôle essentiel, se déclinant rituellement comme dans une danse sacrée. A partir de documents conservés à l’Antenne romande, Rosanne Kapela s’inspire du langage chromatique et des techniques d’Arthur Jobin pour proposer une série d’interventions produites spécifiquement pour Le Cabanon, tout en expérimentant des manières de réactiver plastiquement une archive. Cette intervention donnera également lieu à l’édition d’une publication de l’artiste autour d’une sélection des archives photographiques du fonds Arthur Jobin.

////////////////////////////////////////////////////////////////

Prochain évènement à venir dans le cadre de « Cher Bob » :

4 octobre 2018
Vernissage "CHER BOB", L'Antenne x Le Cabanon, Espace du Cabanon, 18:00

25 octobre 2018
Visite guidée, Le Cabanon, 17 :00
La visite sera guidée par la commissaire d’exposition Camille Avellan en présence des artistes

15 novembre 2018
Table ronde « Réactivation de l’archive à travers les performance et autres productions artistiques », Le Cabanon, 17 :30
Pour plus d’informations concernant la table ronde, merci de consulter le site du Cabanon

20 décembre 2018
Finissage de Cher Bob, Le Cabanon, 18 :00

////////////////////////////////////////////////////////////////

Pour le semestre d’automne, une carte blanche a été confiée à Mathilde Avogadro, étudiante à l’ECAL





DANS l'ESPACE LE PAVILLON

Circuit & Le Freistilmuseum au Pavillon

28.09 - 18.10.2018

Une proposition de Circuit et Jean-Rodolphe Petter. Vernissage le 28 septembre à 18:00.

« Si le Freistil cherche à redessiner les frontières entre les différents champs visuels tout en travaillant à les mettre perpétuellement en résonance » selon les mots de Julie Enckell Julliard, il témoigne également d'une "création permanente" au sens de Robert Filliou. Apparue à la fin des années septante, réactivée en 1998 et invoquée ponctuellement depuis, cette entité, initiée par un groupe d'artistes suisses allemands, a croisé le chemin de Circuit à Lausanne une vingtaine d'année plus tard. Anti-art, anti-musée, le Freistil est un dispositif tant conceptuel que matériel archivant des collections d'objets anthropologiques - ou plutôt des documents quelconques rassemblés par des individus selon un protocole défini. Rejetant la signature et la fétichisation de l'objet, le Freistilmuseum a eu et poursuit son intention de détourner les préoccupations mercantiles et de valeur engendrées par la sur-monétisation de l'oeuvre d'art. Par cela, les objets présentés sont une "sculpture" performant l'exposition. Invoqué dans un contexte particulier, le Freistilmuseum intègre les problématiques de son architecture temporaire pour en fournir une nouvelle lecture autant critique, humoristique que sémiotique. C'est sous l'égide impersonnelle du Freistil que des collections privées devenues publiques sont rendues accessibles au spectateur-trice, afin de construire, au fil des interventions de ce "musée au libre style", une archive protéiforme de son expérience.

Pour son entrée au Traverse Pavilion, le Freistilmuseum présente une série de documents et un mur bicolore blanc et vert* composé de papiers rangés dans des chemises en plastique pour classeurs fédéraux. Traverse Pavilion est une architecture expérimentale développée à partir de matériaux ayant vécu une première vie dans des complexes industriels à Saint-Aubin (Fribourg). Sélectionnés puis réagencés, ces matériaux forment désormais un pavillon éphémère dédié à l'art contemporain sur le campus de l'Université de Lausanne (Unil). En réaction à cela, le Freistil ré-active des objets aux passés multiples tout en faisant écho aux formes architecturales que ce type de construction peut adopter. Cet ensemble de documents exposés aux intempéries, sera conservé dans un classeur au terme des deux semaines d’exposition. L’archive inédite ainsi produite témoignera de l’architecture même du pavillon, de sa participation à l'altération du contenu présenté et de ce nouvel état. »

Jean-Rodolphe Petter

*Ces couleurs rappellent celles des murs d’un des locaux investis par Circuit dans les années 2000, Passage de Montriond 14, Lausanne

Visuel : LE FREISTILMUSEUM, The Bottle house, Rhyolite, Nevada, 1926, Death Valley Automobile Trip, the Online Archive of California, http://www.oac.cdlib.org


GHOSTS FEVER
Xénia Laffely

11.06. - 06.07.18

À travers la création d’une série de tapis imprimés, Xénia Laffely imagine un espace proche d’un cimetière où les fantômes d’un matrimoine invisibilisé et silencé pourraient s’élever de leurs tombes pour venir accomplir leurs destinées inachevées – tout en faisant changer la peur de camp.
Le tapis, objet domestique par excellence sur lequel on marche, est ici utilisé comme intermédiaire magique pour invoquer ces figures que l’on ne connaîtra jamais pleinement. Dépassant une dichotomie basique qui voudrait que les pièces artistiques soient des objets intouchables contrairement aux objets du quotidien, Xénia Laffely tente de créer des lieux à la frontière entre l’exposition et l’espace de vie. Ainsi les tapis sont tout à la fois des supports d’images mais restent accessibles au contact charnel et aux offrandes et participent ainsi à la création d’un espace narratif et visuel.

Avec lors du vernissage le 11 juin, la performance DOING HER - the slur edition de Valérie Reding, accompagnée musicalement de Tropikahl Pussy : Au croisement de la performance, de la danse et de la photographie, Valérie Reding questionne les normes et les stéréotypes de genre, d’identités et de sexualités. Au Cabanon, elle vient présenter la performance participative DOING HER – the slur edition. Comme dans un shooting photographique, le participant se trouve face au corps de la performeuse qui devient pour l’occasion un lieu de construction et de déconstruction. Ensemble, ils réfléchissent et jouent sur la notion de l’injure.

Vernissage le 11 juin, dès 18:15, dans l'espace du Cabanon.

Visuel : © Xénia Laffely

Pour le graphisme du semestre de printemps, une carte blanche a été confiée à Tina Gabriel, étudiante à l’ECAL.







Évènement hors les murs

Club Sandwich feat Le Cabanon

08.07.18. 23:00 - 5:00 Le Romandie

En collaboration avec le Centre en Etudes Genre de l’UNIL, Le Cabanon - un espace pour l'art contemporain à l’Université de Lausanne – et le collectif QULT vous proposent une soirée autour de l’énergie féminine. La scène a été confiée à des artistes de rêves de la région ! Vous découvrirez une performance de Charlotte Nagel, éclectique actrice autodidacte, connue comme électron libre de l’art vivant Lausannois, précédée d’un warm-up de la déesse du R’n’B Ella Soto, chanteuse, productrice, et autrice-compositrice, pour terminer avec les DJs magiques Garancina et Mânaa qui vous feront danser jusqu’au bout de la nuit. Last but not least, en lien avec l’exposition du Cabanon, des visuels présentant des travaux de Xenia Laffely et Maëlle Gross vous en mettront plein la vue.

Charlotte Nagel (CH) live perfo - Variété sentimentale féministe / Empowering performance
Ella Soto (CH) dj set - Future R'n'B mainstream / Sons Avant-gardistes / Beats Latinos
Garancina + Mânaa (CH) dj set -Digital dancehall / Miami bass / Ghetto house / Oriental beats / Techno

Entrée 12.- / Plastinium 5.-